La performance énergétique des bâtiments à l'honneur

De gauche à droite, les 5 lauréats, Vaïmu'a Muliava membre du gouvernement en charge de la construction, André Boudart de l'ACE, Augustin Calandreau et Djamil Abdelaziz du gouvernement, Caroline Rantien de l'ADEME.
1

Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et l’agence calédonienne de l’énergie (ACE) ont remis ce jeudi 8 septembre les prix aux cinq lauréats de l’appel à projets concernant la performance énergétique des bâtiments. Lancé en 2021, l’appel à projets visait à inciter les maîtres d’ouvrage, constructeurs et porteurs de projets à intégrer dans leurs constructions les éléments de la norme « Performance Énergétique du Bâtiment » pour en réduire l’impact carbone. Une étiquette énergétique a été conçue afin de calculer et rendre visibles les consommations réelles de chaque construction.

La nécessaire transition énergétique de la construction

Le secteur du bâtiment constitue une part importante de la consommation énergétique et des émissions de gaz à effet de serre. Une estimation de 2020 situe à 37 % la part de la construction dans les émissions de CO2 mondiales. Il s’agit de l’industrie liée à la production des matériaux de construction (ciment, métal, verre), leur transport et les émissions directes et indirectes des bâtiments, pour l’éclairage, le chauffage ou le refroidissement.

En France, le bâtiment et les travaux publics représentent 43 % de la consommation d’énergie et 25 % des émissions de gaz à effet de serre.

En Nouvelle-Calédonie, la part du BTP n’est pas quantifiée, mais au regard des chiffres mondiaux et métropolitains, on peut estimer un ratio se situant autour de 40 % des consommations d’énergie (hors nickel), sachant que le taux de dépendance énergétique aux énergies fossiles de la Nouvelle-Calédonie est de 97 %. Les émissions de gaz à effet de serre du BTP local ne sont donc pas négligeables.

Le secteur de la construction calédonien se doit donc d’agir afin de participer à la transition énergétique du pays.

Le RCNC, soutien à l'innovation et la performance

Le référentiel de la construction de la Nouvelle-Calédonie (RCNC) constitue un nouvel écosystème au sein duquel les secteurs de la construction et du bâtiment évoluent depuis le 1er juillet 2020 et prennent progressivement leurs repères.

Il a été conçu sur un mode collaboratif avec l’ensemble des acteurs du secteur, pour répondre à un besoin de structurer, réguler et soutenir l’activité de la construction en Nouvelle-Calédonie. Il vise une amélioration continue de la qualité des ouvrages et de la protection des professionnels comme des maîtres d’ouvrage.

Le RCNC ne pose pas seulement des bases normatives comme peut le faire tout référentiel, mais il a pour vocation de donner du sens à l’acte de construire, en valorisant les savoir-faire, en sécurisant l’activité et en incitant à l’innovation. Le RCNC repose ainsi sur trois piliers : l’obligation d’assurance, la qualification des professionnels de la construction et la conformité à des exigences spécifiées des matériaux. Ce référentiel constitue ainsi le terreau dans lequel l’innovation et la performance se développeront.

La rénovation énergétique

De très nombreux bâtiments calédoniens, anciens ou plus récents sont ce qu’on appelle des « passoires thermiques ». Il y fait bien trop chaud en été, obligeant ses occupants à une climatisation à outrance (et parfois même en saison fraîche). De même, certains bâtiments, tout aussi mal conçus, nécessitent un éclairage en pleine journée, ou sont mal équipés pour l’eau chaude sanitaire (cumulus électriques très énergivores).

Rénover ces bâtiments implique de revoir totalement leur isolation (toiture et murs), leur aération (traversante), leurs ouvertures et protections solaires, leurs équipements (éclairages, eau chaude sanitaire, rafraichissement), ainsi que la couleur des matériaux (des murs et toitures) qui influe aussi sur le niveau de confort intérieur. C’est la rénovation énergétique.

La norme performance énergétique du bâtiment

Publiée en juillet 2020, la norme performance énergétique du bâtiment (PEB) est la première norme calédonienne dans le domaine de la construction. Fruit d’un intense travail de concertation avec les acteurs locaux, elle est constituée d’un catalogue de solutions concourant à la performance énergétique d’une construction, en agissant sur deux axes :

  1. enveloppe du bâtiment
    • Protection solaire (ombrage des murs, isolation des murs et toitures) ;
    • Ventilation naturelle (ouverture des pièces, aération traversante) ;
    • Éclairage naturel (optimiser la lumière du jour).
  2. équipements
    • Eau chaude sanitaire (chauffe-eau solaire par exemple)
    • Éclairage artificiel (équipements sobres et performants)
    • Climatisation (équipements sobres et performants)
    • Ventilateur de plafond
    • Ventilation hygiénique (aérations et vides sanitaires)

La norme PEB est téléchargeable via ce lien : https://rcnc.gouv.nc/normes-et-materiaux/normes-rcnc

Toutefois, la norme PEB ne permet pas de quantifier la performance énergétique des bâtiments.

L'étiquette énergétique des constructions

Dans le cadre d’un partenariat avec l’agence calédonienne de l’énergie, un moteur de calcul a été développé afin de produire une étiquette énergétique pour chaque construction, à l’instar des étiquettes énergétiques que l’on trouve pour l’électroménager.

Les constructions à étiquette A sont les plus performantes, alors que celles à étiquettes G présentent des caractéristiques énergivores (« passoires thermiques »).

Le moteur procède à un calcul STD (Simulation Thermique Dynamique) et produit plusieurs indicateurs dont les deux principaux sont :

  • La consommation d’énergie du bâtiment en KwhEP/m2 par an
  • L’émission de gaz à effet de serre en kg de CO2eq /m2 par an.

Le moteur de calcul se présente sous la forme d’une application facile à prendre en main.

L’appel à projets performance énergétique du bâtiment

Courant 2021, un appel à projets a été lancé à destination des maîtres d’ouvrage, architectes, bureaux d’études, entreprises de construction, afin de les inciter, via une aide financière et technique, à insérer la norme PEB dans leur projet de construction. Plusieurs critères techniques ont été requis, et des attendus précisés. L’objectif étant de correspondre le plus à la norme, voire de la dépasser (projet de plus grande ambition).

Les candidats se sont engagés à mettre en œuvre les prescriptions d’optimisation ou d’amélioration des consommations énergétiques du projet. L’étude STD est prise en charge par le RCNC. Une aide financière sera octroyée à la suite de la réalisation des travaux, en conformité avec les prescriptions du diagnostic de performance énergétique. Les travaux sont contrôlés et réceptionnés par un contrôleur agréé RCNC.

Les candidats se sont également engagés à donner accès au télé-relevage du compteur énergie du bâtiment concerné ou à transmettre les factures de consommation énergique sur une durée minimale d’un an, mensuellement, afin de vérifier la consommation réelle du bâtiment.

NB : l’usage de ces factures est confidentiel.

Les cinq projets de constructions les plus vertueux ont été retenus pour l’appel à projet.

Un budget de 43 000 000 francs sera réparti entre les projets lauréats, qui sont les suivants :

LIEU

PROJET

ETIQUETTE ENERGIE (kWhEP/m²/an)

Dumbéa

Construction du siège social du FSH

83

Nouméa

Construction du pôle technique de la Province Sud – DAEM

83

Nouméa

Réaménagement et extension de la bibliothèque Bernheim

80

Nouville

Construction de la nouvelle usine Biscochoc

95

Numbo

Construction du siège social de Cegelec

73